mardi 30 décembre 2014

Répertoire des articles de mon blogue de pêche

Pêche Lac Saint-Pierre, pêche Rivière Des-Milles-îles, Pêche lac Menmphrémagog

Passionné par la pêche depuis toujours, mordu de la pêche, obsédé par cette extraordinaire activité, voilà que je lance ma ligne dans des eaux obscures du monde des blogueurs!
Voilà donc que je lance mon blogue de pêche!




Pêche lac Saint-Pierre, pêche rivière des Milles-îles, pêche Lanaudière, pêche Laurentides

« On peut faire rapidement un parallèle entre l’instinct et l’intuition. D'ailleurs on associe souvent l’instinct à l’homme et l’intuition à la femme, ce qu’on nomme l’intuition féminine. Mais pour moi, l’intuition n’est pas sexuée et ces deux termes sont très près l’un de l’autre. L’intuition, tout comme l’instinct, ne s’acquiert pas, il se développe. »

Pêche rivières des Milles-îles, Pêche lac Saint-Pierre, pêche Montréal, pêche Laval, pêche au Québec

Sortir de sa zone de confort peut nous amener à nous dépasser, à découvrir des techniques de pêche ou des façons de faire insoupçonnables. 





Pêche truite mouchetée, pêche omble de fontaine, blogue de pêche, parlons pêche
Pour Gaston Lepage « La patience, ça va avec la pêche en général. Je connais des gens qui sont incapables de rester assis plus d'une heure dans une chaloupe, même si ça mord!!!!
L'idée, c'est de pratiquer ce sport pour tout ce qu'il y a autour, la forêt, le ciel, le lac ou la rivière, les vacances, les amis qui nous accompagnent, la paix quoi! »

Pêche truite grise, pêche touladi, pêche truite, pêche truite au jig

Pêcher la grise exige une concentration de tous les instants et il n’y a pas que les hameçons qui doivent être bien aiguisés, les réflexes aussi!
Pêche Vieux-Montréal, Pêche Montréal, Pêche fleuve Saint-Laurent, blogue de pêche

New York a son Central Park où les résidents pêchent aux pieds des gratte-ciel, Montréal a maintenant son majestueux fleuve Saint-Laurent rendu accessible à tous, avec la pêche blanche qui nous invite à sortir le bout du nez dehors et à profiter des plaisirs de l’hiver.


Blogue de pêche, parlons pêche, pêche Lac Saint-Pierre, Pêche brochet

Le printemps est la meilleure période pour procéder à une révision complète du coffre de pêche, mais aussi pour faire une petite réflexion sur certaines techniques de pêche oubliées.




Pêche au Québec, pêche doré, pêche Lac Saint-Pierre, Parlons pêche, pêche fleuve Saint-Laurent

Je ne dis pas qu’il ne faut pas avoir d’ambitions quand même! En sachant que vous possédez les connaissances de base et les techniques appropriées, il n’y a pas de raison pour que la pêche soit mauvaise. C’est avec une attitude plus détendue que le plaisir de ferrer un poisson et de combattre une belle prise prend tout son sens. 

Pêche Rivière des Milles-îles, pêche Lac Saint-Louis, pêche fleuve Saint-Laurent, pêche doré, pêche truite

La forêt abrite depuis toujours les vilains bûcherons, ogres, méchants loups, diables, trolls, gnomes, monstres et vieilles sorcières. Elle est source de péchés, de perdition et de détresse nocturne. Quelques braves chasseurs la connaissent bien, mais ils sont souvent atteints d’une profonde malédiction. Réflexion dans ce blogue sur la pêche au Québec.






Blogue de pêche,Dix erreurs à éviter à la pêche, pêche truite, pêche rivière des Milles-îles, pêche fleuve Saint-Laurent, Daniel Lefaivre

J’ai un petit dilemme : en tant que rédacteur-pêcheur sur ce blogue de pêche, ou bien je garde certains commentaires pour moi tout en continuant mes activités de pêche au Québec, ou bien je vous révèle les 10 erreurs les plus communes que j’ai pu observer chez les pêcheurs.






Pêche Lac Saint-Pierre, parlons pêche, Daniel Lefaivre, pêche truite

Pour baptiser le nouveau produit, on pourrait penser à « Doré de Dior », « Aqua Gluant de Armani », « Rapala de Prada », « Pêche blanche de Lise Watier », « Bass de Hugo Boss », « Marais de Jean Paul Gautier », « Fleuve de Yves Saint-Laurent », ou encore mon préféré « Hameçon no 5 »… À la pêche, j'aime sentir le poisson!


Blogue sur la pêche, pêche achigan, pêche lac Saint-Pierre, pêche fleuve Saint-Laurent,parlons pêche, Daniel Lefaivre

C’est un samedi 2 novembre 2013 moche, venteux , froid et sombre. Ça veut tout dire! La zone 7 est encore ouverte pour la pêche, mais il n’y a que moi qui suis assez fou pour braver ce temps pour aller à la pêche à l'achigan.



Pêche Lac Berval, pêche truite arc-en-ciel, truite mouchetée, blogue sur la pêche

Un sourire qui en dit long sur cette belle journée du 9 juin 2014 à la Pourvoirie du Lac Berval. Dans ce blogue sur la pêche, le rédacteur-pêcheur que je suis a vécu une expérience de pêche à la truite formidable!





Pourvoirie Lac Blanc, pêche truite arc-en-ciel, truite mouchetée, Daniel Lefaivre, blogue de pêche

« …Située en Mauricie, d’ailleurs connaissez-vous le slogan de cette magnifique région du Québec? Non? Vous ne le connaissez pas? Vous devriez! « En Mauricie, ça mord ici! » J’aime bien! Plus inspirant qu’un slogan de campagne électorale! ... » Une belle journée pour la pêche à l'arc-en-ciel!


Pêche truite, blogue sur la pêche, blogue de pêche, blogue populaire, Parlons Pêche

Il n’est pas de pêcheur qui ne possède sa part de frustrations. Sentiment d'extrême angoisse qui se solde par une amertume peu commune, alarmante et amère déception, impuissance
totale devant le fait accompli.
Dans ce blogue de pêche, je raconte que parfois, cela ne se passe pas comme on voudrait!


Pêche, blogue, lac Saint-Pierre, lac Memphrémagog, pêche rivière des Milles-îles, parlons pêche

On a donc affaire à ce que j’appelle le CRPPM c'est-à-dire  le coefficient relatif de pourcentage du poisson en mouvement, ce qui complique encore plus la tâche! Bien sûr, je blague et je délire un peu, même s’il y a du vrai dans ce que j’énonce! Eh oui, à la pêche au doré, même au Lac Saint-Pierre, il arrive que le poisson ne mord pas fort...

Pêche lac Memphrémagog, pêche ouananiche, pêche salmonidé, blogue de pêche, Daniel Lefaivre, parlons, pêche
J’ai eu l’occasion de faire l’essai de quelques leurres de pêche durant la belle saison et plutôt que de publier simplement quelques photos sans savoir vraiment de quoi il en retourne, j’ai préféré taquiner plusieurs espèces de poisson en mettant au banc d’essai quelques nouveautés. Voici donc mes coups de cœur, issue de la compagnie Brecks qui regroupe plusieurs marques de renom, dont le célèbre Curly Tail.  

blogue de pêche, fleuve saint-laurent, Daniel Lefaivre, pêche fleuve
La corde à linge

Faut dire qu’à cette époque, nous pêchions dans des égouts à ciel ouvert et que les usines d’épuration n’étaient que maquettes avec des politiciens qui se faisaient fièrement prendre en photo. Et je ne vous parle pas de l’odeur nauséabonde pour un pêcheur à gué, je vous laisse sentir par vous-même… Bref, nous pêchions dans une fausse septique sans le savoir!





Leurres de pêche de collection (Centenaire de Williams)             

Vous aimez les leurres de pêche de collection?
Moi oui! Une cuillère « Finding Nemo », un leurre avec une pin up Old Milwaukee et tout récemment, des cuillères Williams W50 estampées du centenaire de finitions : or 24 carats.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  
Pêche à la cuillère, blogue de pêche, nouveaux leurres de pêche, pêche truite,  cuillère tournante, cuillère ondulante, brochet, Daniel Lefaivre, Brecks, Williams
 Nouveaux leurres de pêche                                                                                                                                                                        Le Syclops est un élément de base dans l'arsenal de tout pêcheur à la cuillère. La version Lite peut être utilisée à la traîne, à la dandinette, au lancer ou à la dérive, mais il brille vraiment dans une présentation à la traîne.

                                                                                                                    

À la pêche, il y a aussi des modes et des pratiques qui ont la palme et qui se modulent au gré du temps. Les manufacturiers de leurres contribuent aussi à orienter, ou du moins à présenter des nouveautés qui seront parfois ignorées, parfois adoptées par les pêcheurs. 









                                                                                                      





lundi 29 décembre 2014

Quand ça ne mord pas fort...


Quoi faire quand le poisson ne mord pas;Daniel Lefaivre;Parlons pêche;fishing;pêche au québec;

Faut bien le dire, il y a des moments où il n’y a rien à faire, ça ne mord pas!

Le pire dans tout ça, c’est que vous réalisez que ce n’est pas par manque de technique ou par l’utilisation du mauvais leurre au mauvais moment, ou encore parce que vous vous êtes éloigné des principes de base, au contraire, vous venez de réaliser qu’à l’endroit où vous vous trouvez actuellement, il n’y a tout simplement pas de poisson! Même un professionnel ne prendrait rien! (Je sais, un pro ne se serait pas arrêté là où vous avez décidé de pêcher, mais quand même…)

Certains modérateurs sur différentes plateformes de conversations prétendent même qu’un plan d’eau n’est productif que sur environ 10 % de sa superficie.  Selon mon expérience, j’accorderais un relatif 25 % de superficie productive sur un plan d’eau, mais pas plus!

Ce n’est pas pour rien qu’une bonne préparation est essentielle, comme celle qui consiste à bien connaître le lac ou la rivière où on ira taquiner le poisson. Le plus difficile à cerner, c’est que certaines espèces très mobiles, comme le doré, étaient présentes hier, justement, tient donc, à l’endroit où ça ne mord pas aujourd’hui!

On a donc affaire à ce que j’appelle le CRPPM c'est-à-dire le coefficient relatif de pourcentage du poisson en mouvement, ce qui complique encore plus la tâche! Bien sûr, je blague et je délire un peu, même s’il y a du vrai dans ce que j’énonce! Ce serait drôlement plus facile si on savait d’avance qu’un seul endroit permanent est productif! Mais c’est ça l’art de la pêche, c’est aussi l’art de savoir où se situe le poisson! Alors quand il n’y a rien à faire, on prend des photos, on admire la nature, on communie avec elle en espérant voir une espèce d’oiseau rare ou un insecte qui pourrait servir d’appât, on observe la berge à la loupe pour y trouver un trésor et on prend plaisir à respirer tous les arômes des plantes qui nous entourent! On s’asperge de chasse-moustique pour une troisième fois, on rajoute une belle couche de crème solaire par-dessus, de la « 30 » bien visqueuse et on espère qu’on ne reviendra pas bredouille malgré tout! 

En passant, faites l’expérience de mélanger crème solaire et chasse-moustique en même temps, faites-vous cuire un peu au soleil (des deux côtés), longez le cours d’eau en vous accrochant dans les branches et au retour, votre entourage vous dira que vous sentez la pêche ou le poisson! À vous par la suite de raconter que vous avez pratiqué la remise à l’eau et que c’est pour ça que vous ne ramenez pas de poisson! Ou de raconter quelque chose d’original!

Quand ça ne mord pas, j'ai plus tendance à observer ce qui se passe autour de moi. J'y fais généralement de belles découvertes.

Comme de prendre quelques bons clichés dans le but de vous amuser à les trafiquer par la suite en plaçant votre visage à la place de quelqu’un d’autre! C’est exactement ce que j’ai fait avec la photo entête de ce texte! Quand ça ne mord pas, pourquoi ne pas se préparer à faire une bonne blague qui prouvera que vous avez capturé un beau gros poisson! (Porter différentes casquettes, lunettes, sous différents angles, vous permettra de faire un meilleur montage par la suite!) Au retour de votre journée ou de votre expédition, vous ne le regretterez pas car vous aurez suffisamment de matériel pour vous rappeler de bons souvenirs! J’ai fais cette photo avec http://www.faceinhole.com/  Prenez plaisir à vivre pleinement au moment où vous êtes et vous aurez ainsi les idées plus claires pour vous concentrer et trouver où se cache le poisson!

Daniel Lefaivre; la pêche au Québec, truite mouchetée, pêche dans la région de Montréal
Comment ne pas s'émerveiller devant un aussi beau paysage! Cela fait partie du bonheur d'être à la pêche.

 « Mais où est le poisson? » est sans doute la question qui revient le plus souvent les jours de disettes! J’aimerais dire fatalement, quelques fois on attrape du poisson et d’autres fois rien ne fonctionne… On connaît la panoplie d’excuses très riches et originales des pêcheurs bredouilles, mais j’en viens à conclure qu’il est plus sage de constater que les endroits qui n’ont pas donné de résultats ne contenaient tout simplement pas de poisson. Où si votre sonar vous jure qu’il y a de beaux spécimens sous l’embarcation et que vous n’avez eu aucune touches, alors je m’incline et je n’ai pas la moindre idée de ce qui se passe dans l’eau!

Rappelons la base : le poisson recherche constamment sa zone de confort qui se décline avec les éléments suivant : nourriture, oxygène et température.  À cette base se rajoute la pression barométrique, l’influence des marées (eh oui, même sur un lac, avec l’influence de la lune), le vent, les fronts chauds et froids, la période de fraie, le type de nourriture qui varie en fonction des cycles de saisons, les meilleures heures où le poisson est actif, la marque de moulinet que vous utilisez et la sorte de bière que vous buvez! Et j’en passe!

Mais le facteur le plus important demeure quand même le fait que le meilleur moment pour pêcher (je n’ai pas dit pour prendre du poisson…) se situe entre le lever et le coucher du soleil…les jours où vous avez le privilège et le bonheur de pratiquer votre loisir préféré! Comment voulez-vous réunir toutes les conditions gagnantes pour pêcher quand on réserve un séjour dans une pourvoirie, quand c’est dans trois semaines qu’on vous accorde une journée de congé, qu’on vous attribue un lac que vous ne connaissez pas le matin même et que les pronostiques météos viennent de vous échanger un beau soleil contre une première neige…

Alors voilà pourquoi je n’ai pas trop de difficultés à accepter la bredouille, une journée en plein air, même quand les conditions sont mauvaises, sans cravate, c’est toujours ça de gagné! Et puis ce contact avec la nature m’est essentiel. Ça ne vaut pas la peine de revenir de la pêche frustré et déçu parce que le « quota » n’est pas atteint. Quand ça ne mord pas, il y a tellement plus à vivre et à découvrir tant sur soi que sur la nature! Oui, je passe une belle journée, même quand ça ne mord pas!

Mais j’ai toujours une petite voix qui me souffle : « Mais il était où le poisson? »…

Daniel Lefaivre
<*((((>{






samedi 6 décembre 2014

Devez-vous toujours "performer" à la pêche?

La pêche au Québec, pêche au doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue sur la pêche, expert de pêche
Dans ce blogue sur la pêche, je me demande, et je crois y répondre, s'il est toujours nécessaire de performer à la pêche, comme si nous devions constamment être en compétition avec nous-même et les autres!


-Dépêche-toi, on va être en retard !
-Pas besoin, les poissons vont nous attendre…  On est tout seul sur ce quai, et on voit bien que personne n’est passé ici, il n’y  a aucune trace de pas sur le bois mouillé par la rosée du matin…
-T’as rien compris, y a plein d’autres descentes de bateau dans le coin et je veux être le premier au bon spot !
-Ouille, on n’est pas sortis du bois…pis on n’est pas rendu non plus!  Faut faire le plein, vider la chaloupe, monter les lignes, bien placer tout notre attirail, se badigeonner de chasse-moustiques, pis y faut que ton moteur puisse démarrer rapidement, ce dont je doute...  Moi je te suggère de prendre ça comme ça vient…
- Et pourquoi  t’as déposé  les cannes ici, je viens de casser un anneau en marchant dessus….Non mais t’es déjà venu à la pêche ou quoi ?
-Désolé, euh… c’est parce que c’est toi que m’a demandé de les laisser par terre, moi je voulais les placer dans l’embarcation…
-Dépêche-toi, j’te dis, on  réparera  ça en chemin, on n’a pas une minute à perdre, vite va chercher le reste des bagages dans l’auto, le temps que je démarre mon Ostie de moteur…  Pis dépêche-toi, vas-y au pas de course !
-Un instant,  j’suis pas venu à la pêche pour me stresser de même ! On est venu  à la pêche pour pratiquer une activité supposément relaxante…On dirait que tu agis comme si tu étais au bureau,  pis que t’as un gros rapport à remettre !  Là, tu t’énerves  comme si  tu étais coincé dans un bouchon de circulation, tu es stressé comme ça se peut pas !  Détends-toi un peu…
-Si tu me cherches, tu vas me trouver, j’ai des objectifs moé, pas n’importe lesquels, je me suis mis dans la tête que je revenais avec ma limite, pis rien en bas de trois livres  par-dessus le marché!  Pis comme t’es pas un pêcheur très…  comment je dirais ça pour pas trop t’insulter, comme t’es pas un pêcheur très « performant », je vais même pêcher sur ta limite…s’tu clair ça?  Alors j’ai pas une seconde à perdre !!!
-Ben là, t’as des mauvaises vibrations, les poissons vont le sentir !  Si t’es venu à la pêche pour te choquer, t’as pas choisi la bonne place, ni la bonne activité  !!!
-Laisse faire !  J’vais te montrer c’est quoi un vrai pêcheur, pis quand je vais revenir au bord de l’eau, les gens vont voir de quoi je suis capable, je suis quelqu’un de fier moi, pas un looser !
-Tu vas revenir au bord de l’eau ou au bord de la dépression?
-T’as rien compris, essaie pas de faire des jokes plates, je suis un battant, un gagnant, un champion quoi !  Et je prends les moyens qu’il faut pour gagner, point final !
-Mais pour gagner quoi ?  On n’est même pas dans un tournoi !  On est juste venu passer une belle journée de plein air…

-Passe-moi le tournevis, mon  (…≠…‽…ø…!...) de moteur veut pas démarrer…
Nous avons tous déjà  vécu ce genre de situation qui illustre que la frustration et la colère volent parfois la vedette à la félicité!  Et le principal coupable de ces états émotifs s’appelle : la performance !  Le souci de la performance à tout prix peut nous déboussoler au point d’en oublier tout plaisir et passion, tout comme dans cette caricature où notre personnage fictif ne vise rien d’autre qu’un objectif élevé !

Si on fait face à des problèmes techniques, comme un moteur en panne, il est légitime d’être déçu et embêté, particulièrement lorsque  la journée de pêche tombe à l’eau !   Mais outre ce genre de situation,  l’attitude à adopter à la pêche devrait toujours en être une d’émerveillement, ce qui n’est pas toujours le cas !

C’est arrivé trop souvent.  Peur d’arriver en retard, angoissé à l’idée de ne pas être seul sur le plan d’eau, crainte de ne pas prendre ma limite, pire encore, peur de revenir bredouille,  trop nerveux pour prendre le temps d’observer quel serait  le meilleur leurre puisque mes lignes sont montées la veille (grave erreur !), pas le temps de prendre des photos ou d’apporter mes jumelles, impoli avec l’employé de la SÉPAQ qui ne trouve pas mon lac et voici le top du palmarès du comportement du pêcheur « performant » : l’insatisfaction,  l’insatisfaction sur toute la ligne !  Voilà autant d’éléments qui contribuent à une mauvaise attitude et à renforcer ces sentiments de frustration et d’impatience.

Et vous ? Vous est-il déjà arrivé de revenir de la pêche insatisfait?  Bien sûr que oui…  Non pas que vous avez fait une mauvaise pêche, mais bien parce que vos attentes étaient aussi grosses que les prises dont vous rêviez.  Vous avez pris presque votre limite permise, mais voilà que vous n’êtes pas content, que votre humeur n’est pas celui de quelqu’un qui revient de la pêche!  Auriez-vous confondu désir et réalité?  Pourtant cette journée s’annonçait fort prometteuse et voilà que le bilan que vous en faite est plutôt terne.  Car il ya un hic…  Vous venez de passer une journée « moyenne », on ne peut pas dire qu’elle a été mauvaise et vous ressentez toutefois une étrange sensation de frustration et d’impuissance.  Vous vous efforcez d’en garder un bon souvenir, avec des poissons  dans la glacière, mais il vous reste ce petit goût amer qui remonte à la surface : vous n’avez pas performé!  Tous les autres pêcheurs ont fait une plus belle pêche que vous et vous n’avez pas osé exhiber vos prises tellement vous étiez gêné…

Et toutes ces images de poissons trophées qui vous ont envahies durant l’hiver, toutes ces vidéos de professionnels qui capturent des monstres un après l’autre, toutes ces situations de pêche idéales, vous les avez gravées dans votre mémoire au point d’être convaincu que cela devait obligatoirement être à votre tour.
Et bien peut-être devrez-vous retomber sur terre et admettre qu’il est statistiquement probable que vous viviez des jours « ordinaires » sur le plan de la « performance », mais que vous aurez   en revanche des moments  extraordinaires pour la qualité du temps que vous aurez passés avec une canne à pêche dans les mains.  Et que dire du simple plaisir d’être sur l’eau !

À mon retour du parc de la rivière Doncaster, Martin qui m’avait gentiment accueilli le matin m’a demandé  si j’avais passé une belle journée, avant même de  savoir si la pêche avait été bonne.  J’ai été surpris de sa question tellement j’étais concentré à penser pêche-pêche-pêche!

C’est là tout l’essentiel du bonheur de pêcher, quand ça ne mord pas, quand on a affaire à des truites moqueuses, il faut se poser la question : « Est-ce que je suis en train de passer une belle journée ? »  Quand la réponse est « non», c’est que le désir insatiable de performance est en train de vous dévorer plus fortement que les moustiques !

Je ne dis pas qu’il ne faut pas avoir d’ambitions quand même!  En sachant que vous possédez les connaissances de base et les techniques appropriées, il n’y a pas de raison pour que la pêche soit mauvaise.  C’est avec une attitude plus détendue que le plaisir de ferrer et de combattre une belle prise prend tout son sens.  Une technique vieille comme le monde est encore enseignée aux vendeurs et consiste à sourire à son client, même au téléphone.  On y enseigne que le « sourire mental » prédispose tout le gestuel du représentant à se donner confiance et à établir une relation harmonieuse avec son client.  Cette analogie est inspirante car dans l’attente fébrile d’obtenir une touche, une approche positive semblable à celle-ci  s’apparente grandement à la bonne attitude mentale et corporelle nécessaire à adopter à la pêche.
J’ai déjà gâché une bonne partie de ma journée parce que j’avais perdu une prise record à la dernière seconde.  Je vous le concède, un juron ou deux contribuent à soulager ce type de frustration, ou du moins,  à exprimer son désarroi ! Mais comment se fait-il qu’à la télé, les pros arborent un large sourire,  éclatent de rire et ont visiblement un plaisir fou, même  quand le poisson-trophée brise tout?  Pas parce qu’on est à la télé, ils n’avaient qu’à retirer ce segment au montage.  C’est parce qu’ils savent que ce ne sera pas leur dernier poisson et qu’en plus, ils ont compris l’importance d’avoir la meilleure attitude positive possible, celle de s’amuser !

 Ou encore cette fois où j’ai voulu faire mon « frais » en sortant mon doré de huit livres du vivier pour le montrer fièrement à des amis qui passaient à proximité de mon embarcation.  Il était tellement fringuant qu’il m’a glissé des mains pour sitôt retomber à l’eau, tout juste entre les deux bateaux où seulement un mètre nous séparait !  J’entends encore Roger Gladu me dire en riant avec éclat « Ah c’est donc ça qu’on appelle pratiquer la remise à l’eau ! »

Pêche lac Saint-Pierre, Daniel Lefaivre, la pêche au Québec, blogueur de pêche, blogueur sur la pêche
L’avantage avec  cette mésaventure, et c’est bien comme ça qu’on se doit de réagir, c’est que même après plusieurs années, Roger s’en souvient comme si  c’était hier et raconte encore aujourd’hui en souriant à qui veut l’entendre que je suis le précurseur de la remise à l’eau !  C’est souvent comme ça qu’une expérience négative se transforme parfois en anecdote cocasse et en souvenir impérissable !  Comme quoi nos mauvaises expériences de pêche peuvent se transformer en histoire à raconter, pourvu qu’on ait laissé la volonté de performance dans le coffre à pêche et qu’on ait fait provision d’une bonne quantité d’humour avant de partir !
Thierry Rimbault, guide de pêche professionnel à la pourvoirie du lac Saint-Pierre, me disait justement que ce qui fait un bon pêcheur, c’est la constance.  Pas un trophée un jour et plus rien par la suite.  Or cette régularité s’obtient en adoptant deux attitudes.  La confiance en soi et la fébrilité contrôlée.  En d’autres mots, il faut apprendre à se savoir heureux et détendu.  C’est de cette façon qu’on devient en plein contrôle de ses capacités
.
Laissons la performance aux sportifs professionnels, aux olympiens, aux marques de moteurs hors bord, aux champions de tournois et aux guides  et partons à la pêche avec comme seul objectif réel et sincère d’avoir du bon temps en vivant notre passion !
 
Et curieusement, c’est souvent en adoptant  cette attitude que tout se met à bien fonctionner…et à mordre !

Dans notre société, nous sommes toujours en train de courir, de rentabiliser l’espace et le temps, toujours à satisfaire aux exigences du milieu du travail, aux multiples normes, aux obligations sociales et familiales…  Vous n’êtes pas tannés des fois?  Et quand vient enfin ce moment tant attendu de reprendre contact avec la nature, avec le silence bruyant de cette cascade, avec ce léger clapotis qui vous berce et vous envoûte, n’avez-vous pas envie de jeter à la mer votre portable et votre cellulaire?  Au fait, pourquoi les auriez-vous apportés avec vous?

Il faut savoir prendre le temps, celui qui vous permet d’apprécier chaque seconde qui passe trop vite,  celui de savourer le moment présent, tout en laissant de côté cette performance de tous les instants qui, même à la pêche, nous fait passer parfois à côté de notre passion. Il faut savoir revenir à la base et être en mesure d’apprécier le simple fait d’être à la pêche!
Pêche lac Saint-Pierre, Daniel Lefaivre, la pêche au Québec, blogueur de pêche, blogueur sur la pêche

Si vous revenez bredouille ou que la journée  ou votre voyage ne s’est pas passé comme prévu, sachez qu’aucun public ne vous jugera, aucun spectateur n’observera votre performance, aucun journaliste ne commentera vos moindres gestes en première page et que vous ne recevrez pas de boni à la performance !  Vous êtes un passionné de pêche et au fond, c’est tout ce qui compte, vous êtes passionnés aussi parce que des expériences positives vous permettent de vouloir répéter ces moments agréables et que les résultats, statistiquement, prouvent que votre moyenne, après tout,  est excellente! 
Alors quand le poisson boude et qu’aucun leurre ne fonctionne, car cela peut arriver, c’est à ces moments qu’il faut, non pas trouver toutes les excuses possibles et imaginables, mais bien de réaliser la chance qu’on a d’être à la pêche plutôt qu’au boulot ou en train de faire une tâche  nécessaire du quotidien!  C’est pour ça que j’ai toujours affirmé :

Vaut mieux une mauvaise journée de pêche qu’une bonne journée de travail !!!!

L’Impatience, la colère, l’envie et la mauvaise humeur n’ont pas leur place à la pêche !  Il est bon de se le rappeler de temps en temps.  Il est bon aussi de relativiser certaines situations désagréables en les transformant avec le temps en péripéties amusantes.
Pêche lac Saint-Pierre, Daniel Lefaivre, la pêche au Québec, blogueur de pêche, blogueur sur la pêche

Il nous est facile d’imaginer un classique de la frustration avec ce golfeur qui plie son bâton en le fracassant contre  sa cuisse!  J’ai déjà croisé dans ma vie au moins deux golfeurs qui m’avaient confiés avoir ralenti de beaucoup leur sport préféré durant une saison complète parce qu’ils n’arrivaient plus à reconquérir  le plaisir naïf et le bonheur de se retrouver sur un parcours de golf.  Humer les parfums de l’herbe coupée, admirer la couleur des verts,  apprécier les paysages, les bons rapports avec ses coéquipiers, tout ces éléments positifs avaient  disparus de leur perception sensorielle.   Ils n’avaient qu’une idée en tête, la performance!  Ils commençaient leur journée stressés et la terminaient déçus…  Pourtant ces golfeurs se souvenaient des belles émotions du passé et cherchaient à les revivre.

Par chance, Je n’ai jamais  vu un pêcheur briser sa canne en la frappant sur sa cuisse! Et je ne connais aucun pêcheur  en « sabbatique » pour cause de stress intense !  Mais le golf est un sport et la pêche un loisir, c’est là que s’arrête la comparaison.  Par contre, j’ai vu souvent des pêcheurs qui ne savaient plus apprécier le simple fait de vivre les joies du plein air, qui  avaient « oubliés » de s’émerveiller devant  la nature et surtout qui ne savaient plus mesurer  le privilège qu’ils avaient de pouvoir vivre de telles journées !

Comme le propre de cette activité consiste à vivre une grande part d’inconnu, j’ai pris l’habitude de prendre une photo des copains juste avant le départ pour la pêche.  De cette façon, même sans poisson à montrer fièrement au retour, si jamais cela se produisait, j’ai en main une image qui raconte une belle histoire, celle de la fois où, tu te souviens,  le moteur ne voulait pas démarrer…
pêche au Québec, blogue de pêche, Daniel Lefaivre, pêche au doré, pêche au brochet
Prenez l’habitude de prendre une photo des compagnons de pêche dès le départ.  Peu importe ce qui arrive dans la journée, celle-ci contribuera à vous rappeler des souvenirs qui se transformeront peut-être en une savoureuse anecdote!
Cette photo figure en première page d’un album où la pêche avait été extraordinaire et où la pression reliée à la volonté de performance était nulle…

Daniel Lefaivre
Blogue de pêche
Parlons pêche

vendredi 15 août 2014

Les 10 erreurs les plus fréquentes à la pêche

J’ai un petit dilemme : en tant que rédacteur-pêcheur sur ce blogue de pêche, ou bien je garde certains commentaires pour moi tout en continuant mes activités de pêche au Québec,  ou bien je vous révèle les 10 erreurs les plus communes que j’ai pu observer chez les pêcheurs.  Basées sur mon expérience avec mes échecs et mes succès de pêche, ces admonitions, puisque notre passion revêt un petit côté ecclésiastique, feront office d’initiation aux meilleures pratiques! Les voici donc :

Pêche au Québec, pêche lac Saint-Pierre, pêche lac St-Louis, Daniel Lefaivre, conseils de pêche
Ne pas tenir fermement sa canne fait partie
 des erreurs fréquentes à la pêche.
1. Ne pas tenir sa canne à pêche

Cela peut paraître anodin, mais une canne laissée sur un support, tant sur la rive que dans une embarcation, sans surveillance, est une des erreurs les plus fréquentes à la pêche.  Comment voulez-vous sentir la moindre secousse si votre canne n’est pas directement reliée à votre système nerveux central en ne tenant pas votre canne dans vos mains? Et c’est là toute la différence.  Sur un support laissé sur la berge, vous pourrez voir l’extrémité de votre canne s’agiter s’il s’agit d’une touche franche. Mais avec le temps qu’il vous faudra pour saisir votre canne et ferrer il sera peut-être trop tard! C’est aussi vrai pour la pêche à la traine, le support à canne est amplement utilisé pour cette technique et à part les attaques directes et foudroyantes où le poisson se ferre pratiquement lui-même, vous ne pourrez sentir toutes les subtilités d’un poisson qui a juste flairé votre leurre et qui vous avisera lui-même qu’il vaut mieux d’être en état d’alerte, votre canne bien serrée entre vos mains!  Bien sûr vous pouvez prendre quelques pauses en ne quittant pas votre canne du regard, mais faites-en l’expérience, vous verrez comment il est primordial de tenir sa canne! Vous augmenterez votre pourcentage d’efficacité! À moins que la pêche ne soit qu’un prétexte pour vous relaxer et pourquoi pas, pour piquer une petite sieste, ou pour vous détendre en admirant la nature, ce qui est votre droit le plus légitime, tentez l’expérience. Allez, saisissez votre canne entre vos mains et vibrez!

2. Utiliser des leurres trop gros

Même pour le maskinongé, vous n’êtes pas obligé d’utiliser des leurres surdimensionnés! D’ailleurs un des records du monde à ce sujet, est un muski de 54 livres pêché avec un Rapala de 4 pouces en 1967! Ne perdez pas de vue non plus qu’on pêche des saumons avec des mouches montées sur des hameçons minuscules! Je ne peux m’empêcher de penser que certains pêcheurs font peur à certaines espèces de poissons en voyant la dimension parfois exagérée des leurres qu’ils utilisent. Il existe des grandeurs de leurres quasi universelles, comme la catégorie des Mepps no 3 , des  Williams Wabler  et différents formats de spinnerbait qui peuvent faire une grande différence par leur pouvoir d’attraction, et ce, même auprès des gros spécimens. Pierre Masson, un vrai spécialiste du musky nous mentionne d’ailleurs … « N’importe qui peut descendre sous le pont de l’Île-aux-Tourtes et sortir un bétail de 40 lb avec une Daredevil. » 
Comme quoi il faut bien prendre soin de ne pas utiliser inutilement des leurres trop gros!


Québec à vol d'oiseau, lecamp.tv, José Boily, pêche au Québec, pêche Côte-Nord
(Crédit photo: Québec à vol d’oiseau) Pour découvrir les meilleurs endroits de pêche, je vous invite à découvrir lecamp.tv  une mine d’or sur la pêche avec des images à couper le souffle!  Sur la photo, afin d’illustrer de façon humoristique l’utilisation de leurre trop gros, Dany Bacon, directeur de la réserve faunique de Port-Cartier - Sept-Îles « Le pays de la démesure » http://www.sepaq.com/rf/spc/  et José Boily, animateur de Québec à vold’oiseau blaguant lors du tournage d’une émission.


3. Mal évaluer les bons « spots »

Meilleurs spots de pêche Montréal, pêche rivière des Milles-îles, pêche achigan, Daniel Lefaivre, street fishing
Où croyez-vous que vous aurez plus de succès de pêche
entre une rive parfaite (gauche) et une rive accidentée (droite) ?
J’ai vu des gens pêcher à partir de la berge à un endroit idéal pour passer une belle journée, avec table de pique-nique et beaucoup d’espace pour effectuer de beaux lancers,  le genre de spot trop beau pour être vrai! Il s’agissait ni plus ni moins d’une plage! Avec une dénivellation lente et sécuritaire pour s’y baigner! Croyez-vous vraiment que le poisson va adopter ce genre d’endroit? Sans végétation pour s’y réfugier, sans roches ni troncs d’arbres, bref sans aucun obstacle lui permettant de se cacher?  C’est le genre d’emplacement où il est impossible pour un prédateur d’être à l’affût. S’il n’y a qu’un fond de sable et des rayons du soleil qui peuvent pénétrer en profondeur, baignez-vous! Vous avez alors trouvé la plage idéale! N’hésitez pas à choisir des endroits difficiles d’accès, et ce, autant à partir de la berge qu’en bateau.  Généralement, si vous pensez d’emblée perdre vos leurres rapidement à cet endroit, vous êtes probablement à la bonne place! Dites-vous que le poisson fréquente toujours des zones accidentées qui font sacrer les pêcheurs. Et pour rajouter à la difficulté, si vous y percevez un courant, vous êtes à la bonne place!

4. Ne pas connaître le plan d’eau

Une bonne préparation sera toujours adéquate pour une expédition de pêche réussie. Bien connaître l’endroit où vous pêcherez vous permettra de vous concentrer dans les zones pré identifié sur une carte halieutique ou géobathymétrique par exemple. Il est toujours plus facile de savoir qu’à cette rencontre du lac et de la décharge, il y a une fausse, tout juste à gauche qui est fortement oxygénée, à titre d’exemple, fréquentée par le poisson-fourrage.  Rien ne vous empêche aussi de prendre quelques précieuses minutes pour poser des questions aux gens qui connaissent le plan d’eau.  Ce temps consacré à discuter m’a valu de belles expériences et j’ai obtenu d’excellents conseils que j’ai pu mettre en pratique.  C’est souvent en jasant avec les gens qu’on m’a déjà mentionné que la veille, untel venait de perdre une grosse prise. J’ai ainsi pu savoir à quel endroit l’aventure avait été vécue, non pas pour tenter ma chance à pêcher un record, mais cela m’a permis de valider un endroit qui était productif sur le plan d’eau. J’ai déjà mentionné dans mon article qui traite de l’instinct et qui s’intitule « Comment développer l’instinct du pêcheur », qu’il ne vous viendrait pas à l’idée de pénétrer dans n’importe quelle forêt, avec n’importe qu’elle arme et vous disant que vous allez chasser ce qui va passer mais c’est ce que font certains pêcheurs, ils ne savent pas trop où il pêche ni ce qu’ils ont l’intention de pêcher…

Pêche Rivière des Milles-îles, pêche brochet, pêche achigan, conseils de pêche, blogue pêche, Daniel Lefaivre
Une bonne préparation sera toujours adéquate pour une expédition de pêche réussie.
5. Ne pas connaître l’espèce convoitée

Bien connaître les habitudes de l’espèce de poisson convoitée fera partie de vos chances de succès. Connaître ses habitudes alimentaires, ses zones de confort, son alimentation vous permettra de chasser en connaissance de cause.  Par exemple, en début juin, un guide avait remarqué que je tentais ma chance pour l’arc-en-ciel avec un micro jig jaune chartreuse. Il m’a  fait remarquer que le cycle de développement des insectes à ce temps de l’année, faisait en sorte que beaucoup de larves en éclosion étaient de couleur foncée, principalement noire. Il m’a conseillé le même type de leurre mais foncé. Et j’ai testé! Résultat : aucune touche après 30 minutes avec la chartreuse et un ferrage quasi instantané dès le premier lancer avec le leurre foncé! Comme quoi j’ai intérêt à bien connaître les habitudes alimentaires de l’arc-en-ciel!

 6. Ne pas être à l’écoute de la nature

Un tourbillon au loin, une chasse à toute vitesse juste sous vos pieds, le type d’insecte qui frétille à la surface, osez faire un lancer directement dans le tourbillon, des éperlans qui sautent en banc par panique, voilà autant d’éléments et d’indices pour lesquels il faut porter attention. Et comment faire? En observant la nature, en étant attentif à tout ce qui se passe dans ce milieu tellement vivant qu’est un lac ou une rivière. Rester concentrer sur l’écoute de la nature et ne pas se faire distraire est un des secrets des champions de tournois.

pêche achigan, trucs de pêche, pêche Montréal, Daniel Lefaivre,blogue sur la pêche
C'est en observant la nature que j'ai capturé cet achigan qui faisait fuir un banc de menés.


7. Ne jamais changer d’endroit

Vous avez tendance à rester au même endroit? Vous êtes confortablement installé et même si ça ne mord pas vous n’avez pas tendance à quitter? Certains m’ont même glissé à l’oreille, « si je quitte je perds ma place » et j’ai aussitôt répliqué « Moi, ça ne me dérange pas de céder un spot qui n’est pas productif! »… Il n’y a pas de mesure précise du temps, mais en général, si après 30 minutes (j’en connais qui s’impatiente après 5 minutes…) vous n’avez pas eu de résultat, il serait bien d’observer votre plan d’eau et de revoir votre stratégie en vous déplaçant. Évaluez à nouveau les zones identifiées sur votre carte, observez mieux votre environnement, n’y a-t-il pas derrière cet arbre tombé un congrès d’achigans sous ces branches? Et si vous vous déplaciez d’un point à un autre en pêchant à la traine les yeux rivés sur votre sonar? Il y a de meilleures chances pour que vous ne regrettiez pas votre déplacement! 

8. Mal évaluer sa stratégie de pêche

Trop souvent les pêcheurs surestiment leurs stratégies de pêche. Et quand je parle de « stratégie », j’exagère beaucoup! En fait, la plupart des pêcheurs ordinaires pêchent toujours de la même façon, avec les mêmes leurres, en agissant par habitude et sans stratégie. Je vous suggère de débuter votre pêche avec vos techniques habituelles et d’expérimenter au moins une nouvelle approche ou une nouvelle technique dans le but de vous inciter à vous renouveler. Il y a tellement d’articles sur la pêche sur le web, dans les blogues et les magazines spécialisés qu’il est pratiquement impossible de ne pas apprendre continuellement de nouvelles techniques et approches, sans compter toute la panoplie de nouveautés qui arrivent sur le marché.  Voyez la logique : un jour vous avez utilisé pour la première fois un leurre et une technique appropriés pour le moment et vous avez eu du succès. Donc il y a un début à tout! Le problème, c’est que depuis ce temps, vous n’avez pas suivi, appelons ça, « un programme de formation continue ! » Et depuis ce temps donc, vous avez développé des habitudes qui sont si profondément ancrées que votre façon de pêcher se limite à…toujours la même chose! N’ayez pas peur de vivre le changement, le résultat peut vous surprendre! Tiens, pendant qu’on y est, pourquoi ne pas découvrir le Curly Tail de quatre pouces de couleur rose gomme balloune? C’est une nouveauté 2014 qui peut être utilisée pour bon nombre d’espèces.  Vous serez peut-être très surpris!

Mister Twister, Curly Tail, Brecks, jig pour doré, pêche achigan, Daniel Lefaivre
Le Curly Tail de Mister Twister Rose Néon de 4"fera-t-il désormais partie de votre arsenal?

9. Ne pas être ouvert aux nouveautés

Un même leurre peut être utilisé de tellement de façons! N’hésitez pas à faire preuve de créativité, tout en vous inspirant de ce que vous voyez dans les différents vidéos en ligne. Par exemple, c’est en visionnant des vidéos sur Internet que j’ai réalisé qu’on peut utiliser un jig relié par un bas de ligne à une cuillère! Il faut essayer ça!  Vous pêchez à la traine toujours à la même vitesse depuis des années? Je sais, je vous vois passer devant moi depuis des années! N’hésitez pas à augmenter la cadence même par temps chaud et à ralentir votre vitesse en eau peu profonde, ça c’est une nouveauté pour plusieurs!  Le flotteur coulissant, le Slow Death, l’utilisation d’un marcheur de fond, voilà autant de nouveautés à découvrir! 

10. Ne pas écouter les conseils des autres! 

C’est ça, vous allez dire que l’auteur est cohérent avec ce qu’il vient dire! Si vous n’écoutez pas mes conseils, prenez en compte au moins le dixième!
Il y a certainement dans votre entourage quelques pêcheurs experts qui pourraient vous prodiguer de précieux conseils, mais il vous arrive de ne pas en tenir compte? Pourtant cela ferait toute la différence. Il faut savoir écouter pour obtenir du succès! Quand vous allez en pourvoirie, n’importe où au Québec, retenez quelque peu votre fébrilité à l’idée de partir pêcher le plus vite possible.  Un truc que j’ai développé au fil du temps, est qu’une fois prêt à partir, les lignes montées, le matériel bien en place dans l’embarcation, j’en profite pour prendre quelques photos de la berge et faire un brin de causette avec les gens de la place. Je me précipite rarement, laissant même partir les autres pêcheurs prendre de l’avance. Vous ne pouvez pas imaginer les trésors d’information que j’ai pu glaner ici et là, augmentant mes succès de pêche de façon notable!

pêche Lac Saint-Pierre, Lac St-Pierre, Pêche Roger Gladu, Pêche brochet, Daniel Lefaivre, pêche au Québec,
C'est en écoutant les précieux conseils de Roger Gladu que j'ai augmenté mes succès de pêche au Lac Saint-Pierre.

Daniel Lefaivre   <*((((>{