jeudi 11 mai 2017

Pêche, leurres et techniques: 5 tendances actuelles

Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
Un beau doré pris à l'aide d'un harnais à ver, lac Saint-Pierre, août 2016
À la pêche, il y a aussi des modes et des pratiques qui ont la palme et qui se modulent au gré du temps. Les manufacturiers de leurres contribuent aussi à orienter, ou du moins à présenter des nouveautés qui seront parfois ignorées, parfois adoptées par les pêcheurs. Et au-delà de tout, il y a le poisson qui, pour des raisons obscures, boude le leurre qui vous a tant donné de succès au cours des années passées.

Quand je m’attarde devant les étalages dans les magasins de pêche, je constate que sur le plan de la couleur, il peut y avoir une mode qui changera la saison prochaine. Le jaune, le brunâtre, le chartreuse et le noir ont tous eu leur saison! Observez bien ce que vous avez dans votre coffre, particulièrement pour les devons et les corps de plastique souple!  Tout comme il est facile d’affirmer qu’en ce moment, la mode est aux poissons-nageurs et aux cuillères ondulantes aux couleurs hyperréalistes et contrastantes!


Une tendance lourde vient de l’observation des pêcheurs d’achigans au Canada et aux États-Unis qui pratiquent le « catch and release » depuis bien des années.  Ceux-ci ont en effet remarqués que l’achigan s’habitue aux différents appâts présentés, si bien que tant les fabricants de produits que les pêcheurs doivent faire preuve d’ingéniosité pour présenter sans cesse à la fois de nouvelles offrandes originales et attrayantes, mais aussi des « nouveautés » que le poisson n’a jamais observées.  Peut-on parler de « mémoire » chez le poisson? Ce n’est rien de scientifique, mais la question mérite d’être posée! D’ailleurs une étude du Technion Institute of Technology*a démontré que les poissons peuvent avoir une mémoire surprenante.

Certains observateurs m’ont fait remarquer un changement dans le comportement du poisson depuis les nouvelles règles de pêche qui limitent la longueur (minimum et maximum) de certaines espèces comme le doré et le touladi, règles en place depuis déjà quelques années.  Comme il se fait beaucoup plus de remises à l’eau qu’autrefois pour d’autres espèces que l’achigan, il est permis de croire que le doré, la ouananiche et le touladi, pour ne nommer que ces espèces, ont aussi développé cette capacité  d’emmagasiner et de conserver une information en lien avec la chasse, l’alimentation et les offrandes des pêcheurs. Avec le temps, encore ici, certaines espèces auraient donc développé une « mémoire » des mauvaises expériences (on ne m’y reprendra pas trois fois!)  et une « lassitude » à voir défiler un leurre suspicieux (tiens, encore un tube…) !

Tout ce préambule pour en arriver au fait que j’ai remarqué des tendances actuelles en ce qui a trait aux techniques et leurres favorisés par les pêcheurs que j’ai côtoyé. Ce n’est rien de rigoureusement scientifique, mais chose certaine, ce que j’y relate est directement en lien avec des pêcheurs qui cherchent à déjouer le poisson qui connaît maintenant la chanson.

Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
1. Le harnais à ver

Tout comme bon nombre de leurres, le harnais à ver existe depuis la nuit des temps. D’aussi loin que j’ai pu reculer dans l’histoire des leurres de pêche, celui-ci  trouve ses origines au début du 20ième siècle. Autant dire qu’il a fait ses preuves! On le retrouve sous toutes sortes de formes et de modèles. Son dénominateur commun consiste en un montage d’hameçons sur fil d’acier, monofilament,  tressé ou fluocarbonne, muni d’une ou plusieurs petites cuillères tournantes, avec dans la plupart des cas, quelques billes de couleurs flottantes ou calantes. La simplicité au fond du lac! On y ajoute habituellement son inséparable ami, le marcheur de fond!

D’origine, le harnais à ver était destiné pour la pêche au doré. Ce leurre a été délaissé quelque temps par des pêcheurs qui souhaitaient plus d’actions avec des leurres plus « actifs » et « combatifs » et qui se lassaient de prendre à la traîne des perchaudes qui volaient le montage avec un gros lombric. Et bien le harnais à ver a la cote en ce moment, la grande variété peu dispendieuse de modèles sur le marché nous permet de l’utiliser autant pour les salmonidés, achigans, brochets et bien sûr pour le doré!

Mais aujourd’hui, le harnais à ver, contrairement à son nom d’origine,  ne sert plus seulement à enfiler un bon gros lombric!  Tous les leurres souples qu’on retrouve dans les bagages des pêcheurs actuels  peuvent  être utilisés avec le harnais à ver, et c’est là qu’il prend une tout autre dimension!

Pour la pêche à la traîne ou à la dérive, le harnais à ver muni d’un marcheur de fond est redevenu à la mode. N’hésitez pas à en faire l’essai et si la zone le permet, pourquoi pas avec une sangsue pour la pêche au doré, avec  une imitation de poisson de type Gulp Alive, ou encore avec un gros Curly Tail de Mister Twister. Vous apprécierez cette vielle technique qui revient au goût du jour.



Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
2.  Poisson-nageur à plongée rapide

Très populaires, les poissons-nageurs munis d’une palette de plongée prononcée ont la cote auprès des pêcheurs multiespèces. 

On y retrouve la catégorie des DT-10 et autres de Rapala, les flickers shad de Berkley, les célèbres Wally Diver de Cotton Cordell qui reviennent en force et les Reef Runner pour ne nommer que ceux-ci.
Leur dénominateur commun? 

Ils plongent à au moins 10 pieds de profondeur avec très peu de fil déroulé. D’ailleurs à ce chapitre, voici une petite recette secrète qu’un pêcheur m’a révélée. Il est souvent profitable de laisser le leurre tout près du moteur lorsque vous pêchez à la traîne.  N’ayez crainte, le poisson ne sera pas effrayé par le bruit et les vibrations de l’hélice.  C’est même une idée reçue de penser qu’il faut toujours pêcher très loin derrière l’embarcation pour plusieurs espèces comme l’arc-en-ciel, l’achigan, le brochet et le doré. Cette méthode a été empruntée chez les pêcheurs de maskinongé. 

Aujourd’hui, bien des pêcheurs ont recours à cette façon de faire, même avec des dériveurs de surface.
Pour poursuivre avec cette petite recette secrète, on déroule juste assez de fil pour que le leurre rejoigne la fin du manche de la canne, et on rajoute une longueur équivalente à celle de votre manche.  Pas plus.  

Autre avantage, vous pourrez sentir instantanément les algues qui viennent « mordre » votre poisson-nageur et il vous sera plus aisé de les retirer rapidement sans perdre votre temps à nettoyer votre leurre plutôt qu’à pêcher!  

Cela vaut la peine de se familiariser avec cette technique et ce type de leurre.
Les poissons-nageurs à plongée rapide et profonde font partie des tendances actuelles. Vous vivrez une nouvelle expérience en vous familiarisant  avec ceux-ci.


Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
Pour apprendre facilement comment faire un vrai nœud de drop shot : 
3.  Le drop shot

Cette technique de pêche se répand plus vite que je ne l’aurais crû.  Les pêcheurs se sont passé le mot, c’est certain! La technique du drop shot, ce poids qui est maintenu au fil par un simple pincement fait fureur au lancer, à la verticale et aussi à partir de la rive.  Plusieurs modèles d’hameçons propres à cette technique existent sur le marché, même si  je n’hésite pas à utiliser des hameçons conventionnels. Par contre j’accorde une grande importance au nœud qui maintient l’hameçon en ligne parallèle avec le fond de l’eau. J’ai aussi recours très souvent à des hameçons no 4 et no 6, même pour l’achigan.
Je laisse une distance de trois pieds entre l’hameçon et le poids pour débuter, et je raccourcis le montage selon la situation.  C’est l’avantage des poids à pince pour le drop shot, on peut modifier la longueur du fil en une seconde.  Une chose importante à retenir, il faut laisser suffisamment de mous pour faire danser l’appât, une fois que vous avez atteint le fond de l’eau.


Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
4.  Montage d’une tête de jig

Parmi les tendances remarquées, le montage d’un leurre souple tend à changer légèrement. Et  comme ce sont souvent les petits détails qui font la différence à la pêche, celui-ci a mérité mon attention.  Sans doute due à la nouvelle réglementation qui interdit presque partout au Québec l’utilisation de ménés vivants ou morts, sauf en hiver dans certaines zones, une nouvelle habitude semble s’être installée. En effet, j’ai remarqué que les pêcheurs ont moins recours au montage traditionnel d’un leurre souple sur une tête de jig, c’est-à-dire en l’enfilant complètement sur l’hameçon selon la technique recommandée par les manufacturiers.
On opte plus pour  un montage minimaliste en piquant le leurre par la bouche ou la tête comme on le ferait avec un méné. Selon certains, l’effet réaliste est décuplé et les morsures courtes ne sont pas plus fréquentes qu’à l’habitude avec le doré.
Il est ainsi plus facile de donner un effet de poisson en fuite en donnant de légères secousses. Le poids de la tête plombée donne aussi de l’impact au mouvement, pourvu qu’on n’accorde pas de mou dans la ligne et ce, avec un ou l’autre des montages.
Voilà donc une autre tendance actuelle qui préconise une méthode traditionnelle de montage de méné avec cette fois, l’emploi d’un leurre souple. Et ce ne sont pas les variétés qui manquent sur le marché!


Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
5.  Les cuillères ondulantes

5.  Les cuillères ondulantes
Vous souvenez-vous à quand remonte la dernière fois que vous avez utilisé une cuillère rouge et blanche pour pêcher le brochet? Comme mentionnés en introduction, les poissons de bonnes tailles ont probablement vu passer trop souvent ce type de leurre.  Et c’est peut-être pourquoi, à la vue des dizaines de nouveaux modèles mis en marché chaque année, que j’ai abandonné sans vraiment m’en rendre compte un certain type de cuillère ondulante. L’attrait de la nouveauté a son charme!
Bien que les cuillères ondulantes de type Williams ont toujours la cote auprès des pêcheurs de truites, j’ai observé toutefois que les pêcheurs, tout comme moi, utilisent les cuillères ondulantes Williams or ou argenté. Leur efficacité est légendaire et ici, je n’ai pas observé de relâchement de la part des gros brochets pour ce type de cuillères. Quelles soient unies ou martelées, cela peut être une question de préférence ou d’habitat des carnassiers.  Le centenaire de la compagnie a peut-être aussi eu une légère influence sur leur utilisation, puisque Williams présente un assortiment de cuillères pour l’occasion en plus d’organiser un concours qui prend fin en décembre (2016). Je vous invite à consulter l’article suivant à cet effet, sur les leurres de pêche de collection.

Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
6.  Les phéromones

Oui, vous avez bien lu! Le titre de cet article fait référence à cinq tendances actuelles à la pêche! Alors qu’en réalité, je ne peux passer sous silence une sixième tendance qui semble attirer l’attention de bon nombre de pêcheurs. Et j’ai décidé de ne pas officiellement inclure et calculer cette « nouveauté », tout simplement parce que je n’ai jamais utilisé ou essayé ce type de produit dont j’entends parler de plus en plus. Par exemple, on retrouve à  la Ferme Monette des produits pour la chasse et la pêche en ligne https://monetteoutdoor.com/shopping/ et il est aussi possible d’en trouver dans un grand nombre de points de vente. Mieux connu par les chasseurs, les phéromones sont en fait des substances chimiques émises par la plupart des animaux et qui contribuent à émettre des « messages » dans différentes sphères de communication en lien avec la sexualité, le territoire ou l’alimentation.
Toute l’information sur les phéromones : http://www.fermemonette.com/nouvelles/pheromones-lheure-juste/
Il existe une panoplie de produits selon l’espèce désirée (truite, doré, etc.) et je me promets d’en faire l’essai pour la saison 2017.
Voilà, je ne peux vous en dire plus, ni émettre d’opinion, ni vous dire si j’ai un préjugé favorable ou pas pour la pêche. Mon but est de souligner cette tendance et j’aurai bien l’occasion de vous en reparler lors d’une prochaine chronique de pêche!


Pêche, techniques de pêche, pêche doré, pêche lac Saint-Pierre, blogue de pêche, Daniel Lefaivre
Vendredi 19 septembre 2016, un beau doré de 53 cm (légal en zone 7) capturé avec un harnais à ver.

Vous pourriez être aussi  intéressé par cet autre article : Les 10 erreurs les plus fréquentes à la pêche. 

Daniel Lefaivre
Blogue de pêche

samedi 15 avril 2017

Pousse, mais pousse égal!

                                                                           


Histoires de pêche, Daniel Lefaivre, blogue de pêche, pêche au Québec, techniques de pêche
Crédit image: https://pixabay.com/
Nos trois lascars étaient décidés et très motivés. La salle à manger de l’auberge était pleine à craquer et nos rigolos contribuaient largement à l'entrain et à la gaieté qui régnaient en ce lieu. Ils rêvaient de capturer des monstres, des poissons géants qu'ils seraient obligés de transporter sur le toit de leur véhicule. Des poissons tellement gros qu'ils seraient obligés de les palanter à un arbre pour pouvoir les dépecer. Dans l'estomac du monstre, ils allaient trouver l'ancre perdue de l'année dernière, la botte de construction avec cap d’acier qui avait sauvé in extremis Alfred quand, par malchance, il avait mis le pied à l'eau. Ils allaient aussi trouver dans l'estomac le « rapport d'impôt » d'Yvon mystérieusement disparu, et le gigot d'agneau de Bourlet qui avait juré l'avoir échappé à l'eau tandis qu'on l'accusait de l'avoir oublié en ville...

Il y avait fête dans la salle de l'auberge. Des hommes et des femmes dansaient, chantaient et se racontaient des histoires vraies, des histoires vraies que j'te dis! Tout comme l'histoire connue du fanal et du pêcheur. C'est le gars qui raconte avoir pêché un poisson grand comme ça! Et l'autre de répondre qu'il avait pêché un fanal allumé! Ça s'peut pas, voyons, avait dit le gars. Alors, rapetisse ton poisson, avait répondu l'autre, et je vais éteindre mon fanal...

Après une soirée haute en couleur et fort épuisante, compte tenu de l'heure où les pêcheurs se sont endormis (et presque sur place), la matinée, elle, n’annonçait que bâillements. Les hommes se préparaient lentement, se traînaient les pieds et se relayaient constamment pour aller au petit coin extérieur.

— Dépêche-toi, Bourlet, j'en peux pus... lança Yvon.
— Ben, fais dans le bois si té si pressé...
— Qu'est-ce que tu penses que j'vais faire?
— T'as juste à continuer à faire dans tes culottes, comme hier soir, rétorqua Bourlet, accroupi sur le Y d'un arbre tombé. T'étais tellement soûl que t'avais pas la force de te lever...

Bourlet avait accroché le rouleau de papier hygiénique à une petite branche, avait pris tout son temps et revenait par le petit sentier. La toilette de fortune n'était pas très confortable ni très privée, mais quand nature oblige...

Sur son passage, il rencontra Yvon.
— Tu peux y aller, j’ai terminé. J'ai mis du pouche-pouche senteur de fougères des bois pour ton petit nez fin, dit Bourlet en blaguant.

Quand Yvon arriva au tronc d'arbre qui servait de siège, on l'entendit crier :
— Bourlet, té un gros cochon, t’aurais pu tirer la chaîne!

Toujours que les pêcheurs, au bout de leurs efforts, réussirent à prendre le large dans l'espoir de croiser le fer.
— Ça mordra pas aujourd'hui, déclara Alfred.
— Pourquoi donc? demanda Bourlet, en train d'enfiler un énorme muffin.
— Parce qu'on est trop fatigués...
— C'est ça, répondit Bourlet la bouche pleine, y sent ça le poisson, lui, qu'on a pris un coup toute la nuit pis qu'on n’était pas sur le lac nécessairement à quatre heures du matin...

— C'est pas la question, épais! lâcha Alfred. Y a une seule ligne à l'eau, pis c'est la mienne! On a moins de chance...
— T'inquiète pas, j'vais finir ma collation, vu que personne a fait le déjeuner, pis après on verra bien.
— Et Yvon, lui? dit Alfred en le pointant du doigt.
— Laisse-le dormir, tant qu’y ronfle pas, y a pas de mal, c'est beau de le voir, y s'fait bercer sur l'eau comme un poupon dans un berceau...
— Y a pas à dire, vous êtes des vrais pêcheurs! lâcha Alfred, indigné.
— Faut pas s’énerver, y en a qui atteignent leur quota en une demi-heure alors...
— Ouais, fit Alfred, dans les films! T'en as déjà vu toi des gens qui?...
— Ben oui...
— Non, mon pote, t'as entendu dire! Des quotas dans le temps de le dire, c'est des histoires de pêche...
— T'énerve pas pour cha! poursuivit Bourlet toujours la bouche pleine. Laiche faire ton poichon artifichiel. Ichi chest avec une ondulante chromée que cha va pogner.
— T'es sûr de ça? On aurait dû venir avec un guide.
— Pis où on l'aurait mis ton guide? Tu trouves pas qu'on est déjà assez tassés de même?
— Faut dire que t'en prends d'la place, le gros, répliqua Alfred en riant.

— Un guide ferait pas mieux! Je connais la place comme le fond de ma poche, t’as pas à t'en faire pour le poisson. Là, tu pêches dans mon spot préféré. Y a des monstres ici, t'as besoin de pas pogner les nerfs quand y en aura un qui va venir te dire bonjour...

Alfred, plus par superstition, changea son leurre pour une grosse ondulante qu'il installa sur sa canne des grands jours : huit pieds de ligne, action dure, moulinet à lancer lourd, monofilament de 30 livres tests. Ça va chauffer, se dit-il. Il releva l’ancre et laissa l'embarcation dériver tout doucement.

La pêche à la dérive fascinait Alfred depuis toujours. Il était convaincu qu’un leurre qui se dandinait et virevoltait à la même vitesse que le courant représentait une proie plus naturelle. Et il n'avait pas tort.

Au bout d'une heure de dérive infructueuse et par un calme plat, une brusque secousse fit tressauter l'embarcation. Le choc fut tellement grand qu’Yvon se réveilla en sursaut.

— Que çé ça? cria-t-il, le souffle coupé. Est-ce que je rêve?
— Ça doit être encore une pitoune, répondit Bourlet effrayé.
— Tu penses rien qu'à ça, toi, lâcha Alfred qui avait du mal à contenir un tremblement.
— Ouais, une pitoune, un tronc d’arbre je veux dire! Allégua Bourlet.
— Arrêtez, les gars, insista Alfred sérieux comme un pape. Arrêtez, silence!

Alfred étendit le bras et pointa du doigt le plan d'eau. Il eut du mal à ouvrir la bouche.
— Là, juste là!... soupira-t-il.

En avant de l’embarcation se profilait un énorme sillon qui filait à vive allure. Cela ressemblait à une onde de choc laissée par le passage d’un sous-marin qui voyage à grande vitesse tout
près de la surface.
— Es-tu sûr qu'on est dans le bon lac? demanda Yvon peu rassuré. On fait peut-être des essais de sous-marins nucléaires dans le coin?

Mais les deux autres pêcheurs étaient plus préoccupés par cette mystérieuse présence qu'à écouter les questions sottes d’Yvon.

— Regarde la traîne que ça laisse à la surface! dit Alfred, fasciné.
— C'est un requin! C'est un requin! lâcha Bourlet.
— Ben sûr, un requin en eau douce, répliqua Yvon.

Sans plus tarder, la silhouette mystérieuse se dirigeait à nouveau droit sur l'embarcation. Les pêcheurs eurent à peine le temps de s'y préparer et de se tenir solidement. Le coup porté
eut l'effet d'une puissante vague accompagnée d'un horrible effet de résonance. Tous eurent la même idée en même temps :

« Une chance qu'on a une chaloupe en aluminium; en bois, on serait au fond de l'eau à l’heure qu'il est »...

Bourlet reprit ses esprits le premier.
— Lance ta ligne, dit-il à Alfred, lance ta ligne, on va ben voir ce que c'est!
— C'est un monstre, j'en suis sûr, lâcha Alfred en s'exécutant.
— Un monstre qui est pas heureux de nous savoir dans le coin, marmonna Yvon. Pourquoi on s'en va pas?

— T'as la chienne à c't'heure, hein? dit Bourlet.

Alfred se concentrait sur l'énorme poisson. Si le monstre avait pris l’embarcation pour une proie, sa cuillère chromée allait peut-être l'intéresser... Enfin... on se comprend...

— Tant qu'à faire, aussi bien le pêcher avec l'ancre, vu qu'y a une chaîne qui la retient! avait dit Yvon avec humour.
— Hop! avait crié Alfred en ferrant de toutes ses forces, je l'ai, cria-t-il. Pis j'l’ai vu, c'est un super... c'est un super... non je l'ai pas vu, enfin j’suis pas sûr, mais c'est gros en sacrament!

La bataille était bien amorcée. Le poisson-trophée n'allait pas se laisser faire facilement. Bourlet se pencha pour prendre un peu d’eau, ce qui eut pour effet de faire tanguer le bateau de
façon imprudente. Bourlet déversa un peu d'eau sur le moulinet à grand tambour qui, à force de se dévider à vitesse folle, faillit prendre en feu.

— Encore de l’eau sur mon moulinet, gueula Alfred, encore de l’eau, ça « boucane »! Ma corde se déroule trop vite...
— Applique les freins plus fort que ça, cria Yvon, tu vas le perdre!

Alfred rajouta un peu de pression, manqua de se brûler les doigts à cause de la température élevée du moulinet. Le monofilament était en train de fissurer l’anneau de porcelaine situé au bout de la ligne.

Puis, au-delà des 200 verges de fil, les pêcheurs ont vu le magnifique trophée bondir hors de l'eau comme un dauphin qui s'amuse et qui se moque de la situation. Ce fut pour eux un
spectacle inoubliable.

Alfred n'était pas vraiment triste. Il savait qu'il n'avait aucune chance devant un tel prédateur et contemplait avec stupéfaction son moulinet vide. C'était une preuve irréfutable.

D'ailleurs, le petit anneau de porcelaine de sa canne, presque fendu, faisait partie des éléments qui constituaient la preuve. Et il avait deux témoins par-dessus le marché!

On entendit quelques WOW!, quelques « Pousse, mais pousse égal! », mais Alfred ne se laissait pas intimider.

— Viens voir ma canne, disait-il, et puis demande aux autres... et puis viens voir ma chaloupe; est bossée à deux places!...

C’est exactement ce qui se racontait depuis plus d'une semaine à l'auberge...